L’éducation du caractère en islam

Mar 3, 2024 par

Faruk Kanger

En considérant l’histoire de notre civilisation, nous constatons que la religion islamique tisse, comme une broderie, tous les domaines de notre vie. Tout au long de l’histoire, les principes de croyance, de culte ainsi que les valeurs morales de l’Islam ont pénétré profondément jusque dans la moelle de nos os. Et les grandes personnalités qui ont évolué dans cette culture ont eu l’honneur d’être à la fois les architectes et les maîtres d’une magnifique civilisation vieille de quatorze siècles.

Les valeurs sur lesquelles notre civilisation s’est bâtie respectent strictement la feuille de route de la nature humaine, qui s’étend depuis le début de la création jusqu’à l’éternité, et cela en suivant une voie médiane loin de toutes sortes d’excès et d’euphémismes. Parce que la taille, la magnificence, la durabilité et la longévité d’un bâtiment sont directement liées à la qualité de son plan, de ses fondations et des matériaux utilisés.

S’il en avait été autrement, comment des milliers de savants, d’hommes d’État et de personnalités monumentales que le monde entier commémore avec gratitude, tels Abû Hanifa, l’Imam Shafi’î, Piri Reis, Ali Kuşçu, Al-Kindî, Ibn Sina, Al-Farabî, Ibn Rushd, Al-Ghazâlî, Mawlana Jâlal od-Dîn Rûmî, les sultans Yâvuz Selim, Suleyman le Magnifique, Fatih Sultan Mehmet, Mimar Sinan, Ibn ‘Arabî , l’Imam Rabbanî, Ibn Khâldun, Kâtip Çelebi, İbrahim Hakkı d’Erzurum, İsmail Hakkı Bursawi, Muhammed Hamdi Elmalı, auraient-ils pu être éduqués ?

Les valeurs morales, sur lesquelles s’appuyaient leurs vertus, n’ont rien perdu de leur valeur et de leur originalité. Elles se présentent devant nous aussi fraîches et vivantes qu’elles l’étaient dans les premiers temps.

Voici le Saint Coran qui, défiant les âges, est gravé avec la plume de la nature humaine et se révèle à nouveau à chaque instant. Voici les Compagnons du Prophète, comme les étoiles qui tirent leur lumière infinie de leur « Soleil » et nous guident à tout moment.

Tant que nous sommes sur la bonne voie et que nous poursuivons notre lutte, ils seront avec nous sur notre chemin à la condition que nous essayions, dans la mesure de nos capacités, de garder vivantes nos valeurs spirituelles et islamiques et de nous y tenir.

Nos principes de croyance et de culte, nos principes moraux, nos belles coutumes et traditions, d’autres éléments culturels, notre histoire, la conscience de l’Oumma sont nos valeurs fondamentales. Nos vertus, nourries par la source divine, s’élèvent au-dessus de toutes ces valeurs et suffisent à élever des personnalités uniques qui reconstruiront la plus puissante civilisation de toute l’histoire de l’humanité.

La plus importante question à laquelle nous devons trouver une réponse ici est de savoir comment procéder, autrement dit comment nos valeurs vont-elles se transformer en vertus sur nous et comment nous pourrons garder ces valeurs vivantes dans nos personnalités ?

 Les réponses correctes à ces questions décriront, en même temps, notre principal devoir de servitude. En effet, Allah nous rappelle notre devoir fondamental de croyant et nous montre le chemin en disant :

« Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. » (Al-‘ Imrân, 114).

Comme on peut le voir, les valeurs de croyance, qui forment la dynamique de base de la personnalité, sont mentionnées dans le verset dès le début, puis les vertus de ces valeurs qui se sont transformées en actions sont énumérées. Un autre point très important est qu’il n’y a pas de limite supérieure aux vertus comme le souligne l’expression « concourir aux bonnes œuvres ».

Un autre verset décrit la situation susceptible de nous atteindre si nous perdons notre capacité d’acquérir ces valeurs de foi ‒ celles-ci étant la raison de notre création et notre seule responsabilité ‒ et de transformer ces valeurs de foi en vertu. Il y est dit:

« O les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion… Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d’Allah, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce d’Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient. » (Al-Mâ’ida, 54). 

 Il est évident qu’éduquer un être humain est une œuvre ardue, étant donné que les âmes ont une influence qu’il est difficile de discipliner. Surtout si notre objectif est de gagner ou d’élever des personnalités fortes ayant acquis des vertus morales. En effet, cela nécessite un processus très long et laborieux. Comme l’éducation de l’être humain est continue de la naissance à la mort, aucune étape, de la petite enfance, l’enfance, la jeunesse ou l’âge adulte ne doit être privilégiée par rapport à une autre, car, en fait, l’éducation du caractère fait partie intégrante de tous les aspects de la vie. Nous ne pouvons pas nous permettre de considérer comme importante ou insignifiante une tranche de vie plus qu’une autre, alors qu’on ne sait pas en fait où on en est. Chaque instant est autant précieux que notre moment présent. En d’autres termes, la valeur de la vie ne nous est connue qu’en fonction de ce que nous pouvons évaluer.

 Les valeurs religieuses et spirituelles que nous possédons se sont potentiellement répandues dans tous les domaines sociaux, économiques, familiaux et privés de notre vie. C’est la structure générale de la religion musulmane. L’Islam n’est pas une religion que l’on pratique seul à la maison ou ailleurs. Quand on considère les cultes obligatoires qu’il a ordonnés, on voit qu’outre le jeûne, la prière, le pèlerinage et la zakat, ils peuvent être accomplis dans une communauté aux dimensions sociales élargies. Le mois du Ramadan, au cours duquel le jeûne est pratiqué, a ses propres caractéristiques qui mettent en avant des valeurs communautaires telles que l’iftar, l’infaq, le tarawih et l’Aïd. Il est bien évidemment naturel que les valeurs d’une religion, qui déclare que les croyants répandus partout dans le monde sont frères et qui considère la terre entière comme une famille, englobent tous les aspects de la vie de l’individu.

Une bonne personnalité se construira sur des caractères développés, solides et sains, et ce sont les vertus qui donnent au caractère ses qualités fondamentales. Les vertus sont les attitudes qu’une personne a acquises grâce à un comportement constant au fil de nombreuses années. Elle émerge en vivant de manière équilibrée et harmonieuse en termes de connaissance, de pensée et de comportement. Si on le dit de manière simple :

Vivre harmonieusement en fonction des pensées et des actions bien intentionnées ouvre la voie au développement d’habitudes et d’attitudes. Les habitudes et les attitudes orientées vers le positif et le bénéfique, c’est-à-dire les actes vertueux, s’acquièrent en tant que vertus au bout d’une longue période. L’unité harmonieuse des vertus forme le caractère de l’individu.

Finalement, ces traits de caractère, une fois acquis, deviennent les éléments qui constituent l’intégrité de la personnalité.

 Cette image ‒ qui indique par quelles étapes la connaissance, la pensée et le comportement de l’individu construisent sa personnalité ‒ montre également à quel point un processus d’éducation du caractère est difficile et long.

Une personne qui vit en parfaite harmonie et cohérence entre ce qu’elle sait, ce qu’elle pense et ce qu’elle fait peut développer en elle-même, après des années d’efforts dans la même direction, les attitudes et les habitudes souhaitées. Ces attitudes et habitudes deviennent des vertus dans la mesure où elles sont soutenues par les croyances et les valeurs de chacun, et sont souhaitées, mises en pratique et stables (compassion, miséricorde, humilité, générosité, être juste, etc.) Le caractère commence à prendre forme et la personnalité commence à se modeler.

Par conséquent, l’éducation du caractère en Islam, c’est :

1. Faire des efforts, à la lumière des valeurs de l’Islam, pour acquérir et faire gagner les vertus que l’Islam prescrit.

2. Cela n’est possible uniquement qu’avec une bonne connaissance des valeurs et des vertus correctement assimilées. Parce qu’un bon comportement ne peut être obtenu qu’à travers la bonne information.

3. Une activité consciente que les individus accompliront selon leur propre volonté et leurs désirs. Parce que personne ne peut éduquer quelqu’un qui ne le veut pas.

4. Une éducation bidimensionnelle qui s’adresse à la fois à l’individu lui-même et à son environnement. Autrement dit, l’individu doit être une personne qui voudra à la fois s’éduquer personnellement et contribuer à son éducation extérieure.

5. Ce n’est pas une éducation à recevoir à une période particulière de la vie. Il s’agit au contraire d’un processus qui se déroule avec la même importance lors de chaque étape de la vie, de la naissance à la mort.

6. Une activité qui ne nécessite pas de lui accorder un temps spécial pour l’accomplir dans la vie quotidienne. Au contraire, le désir d’acquérir les vertus doit être une idée présente en permanence dans l’esprit.

7. Un domaine d’application qui est pratiqué en chaque endroit où se déroule la vie quotidienne de l’individu, comme la maison, le lieu de travail, l’école, ou tout autre environnement extérieur.

8. C’est une formation qui requiert une ou des personnalités exemplaires encore vivantes ou ayant vécu dans le passé.

9.  Puisqu’il s’agit d’une éducation centrée sur l’individu lui-même, tout commence et finit avec lui qui est soumis à l’éducation.

10. Un processus très long qui demande une vigilance et une patience constantes. S’attendre à obtenir des résultats rapides affecte négativement ce processus.

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous