Servir Allah

Jan 21, 2011 par

Servir Allah

Le service d’Allah

La notion de service en islam est inhérente au concept de foi agissante, c’est-à-dire concernant tout ce qui est relié à la foi et à ses œuvres consécutives. En quelque sorte, avoir la foi ne suffit pas ; elle doit se traduire, pour le serviteur, par la pratique d’œuvres pie incluant le fait de servir autrui. Servir est adoration (‘ibada) et la condition du serviteur (‘ubûdiyya) est liée à sa foi en Allah. Toutefois, le hadith suivant met en évidence que le premier fruit, la première œuvre de foi, c’est d’abord la prière :

« Un homme demanda une fois au Prophète (paix et salutations d’Allah sur lui) :

« Ô Messager d’Allah, quelle est la meilleure œuvre ? »
Il répondit :

« La prière. »
L’homme répéta sa question une deuxième fois et le Messager dit :

 « La prière. »
L’homme posa sa question une troisième fois et le Messager d’Allah (paix et salutations d’Allah sur lui) répondit :

« La prière. » (Ibn Hibbân)

En effet, servir Allah implique préalablement et nécessairement une vie spirituelle profonde et intense, apportant au croyant une participation divine à son œuvre. C’est en serviteur reconnaissant que le musulman agit dans ce monde, mû par la grâce divine qui anime chacun de ses faits et gestes, conscient qu’Allah lui a pardonné ses péchés et œuvrant dans ce monde en préparant son au-delà.

Du terme fisabilillah

« Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques. »  (Coran Al-Hujurat, 49/15)

Ce terme, très souvent usité, signifie « sur le chemin d’Allah ». Il est premièrement utilisé pour désigner le djihad (djihad fisabilillah) mais, dans le langage islamique courant, toute chose doit être accomplie « fisabilillah », par et pour l’approbation d’Allah. En effet, le musulman doit dédier sa foi à Allah et accomplir les œuvres qu’Il agrée sur Son chemin. Tel est le sens de la soumission et du service divin. Pris dans une perspective soufie, lutter avec ses biens et sa personne implique qu’il s’agit de tout l’être qui entre en lutte au service du bien, à l’instar d’Abû Bakr, le second des deux dans la grotte de Thawr, qui avait dépensé sans compter lorsque le Prophète Muhammad fit appel à lui.

Fisabilillah engage le fait de servir Allah par tous les moyens dont Il nous a dotés, à savoir notre corps, notre esprit, nos biens matériels. Cet esprit de consécration n’est pas l’apanage des prophètes et des saints, mais de tout croyant musulman qui a pris conscience de l’importance de servir Allah en L’honorant par de belles œuvres, tant intérieures qu’extérieures.

La foi et ses œuvres consécutives, disions-nous, est comme l’arbre et son fruit. Nous reconnaissons la valeur d’un arbre à travers la qualité de son fruit. De même, un bon serviteur d’Allah portera aussi du bon fruit (de bonnes œuvres), car l’arbre de son être est sain, nourri par la sève vivifiante que lui confère le souvenir d’Allah. Cette vie intérieure, caractérisée par un abandon total à la volonté divine, est à même de s’extérioriser pour apporter ce bon fruit qu’est le service sur le chemin d’Allah.

Quelques citations à ce propos :

Yusuf ibn al-Husayn a rapporté ceci :

J’ai entendu Dhû-l Nûn dire :

« Les maux  qui affectent le corps, ce sont les douleurs, et les maux qui affectent les cœurs, ce sont les péchés. Et de même que le corps ne ressent plus le plaisir de la nourriture quand il souffre, de même le cœur ne trouve plus la saveur au service d’Allah quand les péchés l’accompagnent. »

Selon Sa’id ibn ‘Uthmân, Dhû-l-Nûn a dit :

« Il y a trois signes qui montrent que l’on possède les vertus qui font un homme :

On donne à manger à autrui (quel qu’il soit),

On étend les vœux de paix à tous les hommes,

Et l’on répand sur tout le monde les bonnes actions. »

Service ne signifie pas servitude

Entrer au service d’Allah ne signifie pas servitude ou assujettissement. Le serviteur doit se sentir libre de servir Allah de la façon dont il le désire. Cette liberté est importante car elle détermine dans l’action le libre arbitre qui est la marque du véritable serviteur d’Allah. Il est vrai que dans l’absolu tout musulman est serviteur d’Allah (‘Abd : litt. Esclave), mais cette liberté d’action que l’islam offre (dans le respect du droit musulman) donne au serviteur un champ d’action qui est au demeurant infini. Toute bonne action, ne serait-ce qu’un sourire accordé, est considéré comme relevant du service d’Allah car, en plus de son statut de soumis à Allah (musulman), le serviteur est en quelque sorte l’ambassadeur de l’islam qui apporte, par l’exemplarité de sa vie, une bonne image de la religion. En témoigne le hadith suivant :

«  Le musulman est le frère du musulman. Il ne l’opprime pas et ne l’abandonne pas à lui-même. Quiconque subvient aux besoins de son frère verra Allah subvenir à ses besoins. Quiconque dissipe le malheur d’un musulman verra Allah dissiper pour lui un des malheurs du Jour de la Résurrection. Et quiconque dissimule les péchés d’un musulman verra ses péchés dissimulés par Allah le Jour de la Résurrection. » (Rapporté par Al-Bukharî et Muslim) 

Servir Allah dans la vérité

Celui qui veut servir Allah doit Le servir dans la vérité. Le Prophète Muhammad (paix et salutations d’Allah sur lui) a dit : « O peuple ! Aucun prophète ou messager ne viendra après moi et aucune nouvelle croyance ne naîtra. Raisonnez bien alors, o peuple, et comprenez les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses : le Coran et ma Sunna et si vous les suivez, vous ne vous égarerez jamais. »

Le Coran et la Tradition prophétique sont des guides sûrs qui permettent au musulman aspirant à servir Allah de tout son être de puiser dans ses enseignements fondamentaux de nombreuses lignes directives susceptibles de le mener à faire des choix dignes. Servir Allah engage aussi de nombreuses responsabilités et le serviteur avisé sait qu’à partir de ces sources scripturaires, il ne déviera pas du droit chemin, qu’il engagera son être tout entier au service de la cause qu’il défend et que la Vérité sera son viatique.

Servir Allah est la plus noble des causes terrestres ; c’est s’engager au service du Maître de l’univers pour le bien des créatures qu’Il aime tant.

Musa Belfort

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous