Se comporter fraternellement avec les musulmans

Jan 21, 2011 par

Se comporter fraternellement avec les musulmans

« Les croyants sont frères »  dit Allah le Tout-Puissant.

Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) a dit aussi :

« Allah compare les musulmans à un seul corps. Il désire que les musulmans s’aiment mutuellement, qu’ils soient compatissants et qu’ils se protègent. Quand un organe du corps souffre, les autres organes souffrent aussi ; c’est pourquoi ils ne dorment pas, la fièvre augmente. Il dit que les musulmans doivent se préoccuper des soucis des autres musulmans. »

C’est pourquoi la fraternité religieuse ne permet pas la rancœur, la jalousie, le laisser-aller et la rupture de l’intérêt des uns vis-à-vis des autres.

Même s’ils se fâchent, cela ne doit pas durer plus de trois jours.

Aimez-vous pour l’agrément d’Allah

Afin de savourer le goût de la foi, l’une des conditions nécessaires est de s’aimer en vue de l’agrément d’Allah.

Allah protègera ceux qui possèdent un tel amour mutuel en les plaçant sous l’ombre du Trône le Jour dernier.

Tous ceux qui, à cause de l’agrément d’Allah, s’aiment mutuellement, se rencontrent, se rendent visite et, armés des mêmes sentiments, s’entraident vont recevoir en retour l’amour d’Allah.

Même s’ils ne sont pas prophètes, il y aura le Jour dernier des personnes qui feront l’admiration des prophètes et des martyrs. Ils sont ceux qui s’aiment pour l’amour d’Allah sans qu’ils n’aient aucun lien de filiation entre eux.

Pendant ce jour catastrophique, leurs visages brilleront. Ils seront installés dans des fauteuils de lumière. Quand les autres trembleront de peur, eux ne ressentiront aucune crainte. Quand les autres seront attristés, eux ne le seront pas. Car « pour les amis d’Allah il n’y a ni peur ni peine ».

Déclarer son amour

Le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) a conseillé de bien choisir son ami ; il disait qu’on peut être ami avec un croyant.

Ceux qui s’aiment mutuellement doivent exprimer leur amour.

Lui-même déclara à Muâz ibn Djebel : « Muâz ! Je te le jure, je t’aime réellement. »

Remercier pour le bienfait

Toujours selon l’indication du Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) :

Ce qui sied à l’homme, c’est d’octroyer un bienfait en face d’un autre bienfait.

Celui qui reçoit un bienfait de quelqu’un, tant qu’il en a la possibilité, il doit répondre aussi par un bienfait ; s’il n’a pas de force matérielle pour donner le change, alors il doit prier pour lui.

Car celui qui ne sait pas remercier l’homme ne peut remercier Allah.

Ceux qui remercient Allah sont ceux qui remercient le plus les hommes.

En d’autres termes, celui qui ne remercie pas l’homme ne peut remercier Allah.

Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) disait à propos de celui qui apporte un bienfait : le meilleur moyen de le remercier est de lui dire « qu’Allah te récompense aussi avec un bienfait en retour ».

Les musulmans qui immigrèrent de La Mecque à Médine ont vu beaucoup de bienfaits de la part de leurs frères de Médine que l’on nomme Ansars. Un jour, ce sujet fut exprimé à côté de notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam). Ils dirent : « les musulmans de Médine sont venus en amenant tous leurs bienfaits. »

À ce moment, le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) les informa que tant qu’ils prieraient Allah pour les Ansars en exprimant les bienfaits que ces derniers ont effectués, ils mériteraient eux-aussi des bienfaits.

Car ne pas savoir ce que signifie le bienfait est une mauvaise chose.

Le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) a donné la nouvelle aux femmes qui font semblant de ne pas apercevoir les bienfaits de leur mari et à celles qui affirment ne les avoir jamais aperçus qu’elles iraient en enfer et qu’il dépréciait leur comportement.

S’offrir des cadeaux

Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) acceptait les cadeaux qu’on lui faisait et en contrepartie il en offrait.

Il disait qu’offrir des cadeaux renforçait l’amour et faisait disparaître la haine et l’amertume dans les cœurs. 

Il conseillait aux voisins d’offrir des cadeaux et indiquait qu’il fallait commencer d’abord à en offrir à ses voisins.

Concernant ce sujet, il donnait plus particulièrement des conseils aux femmes. Par exemple, il leur conseillait d’apporter un plat préparé à leur voisin, même s’il n’est composé que d’abats.
Il disait qu’il accepterait volontiers si quelqu’un lui envoyait un tel plat.

Se serrer la main

Se serrer la main est une sunna. On appelle cela aussi musâfaha.

Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) exhortait les musulmans à se serrer la main. Il disait que si deux musulmans se serraient la main, leurs péchés s’effaceraient avant qu’ils ne se quittent.

La communauté des croyants avait coutume de se serrer la main.

Face à ceci, il ne trouvait pas juste qu’il faille s’enlacer et de se faire la bise. En revanche, il ne rejetait pas les embrassades après un temps de séparation.

Se lever par respect

Il se trouvait parmi les éminents croyants Sa’d ibn Muâz qui était allé voir un jour le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam). Ce dernier dit à l’Ansar qui se trouvait présent :

« Lève-toi en l’honneur de notre aîné ! »

De cette façon, il a montré qu’il fallait se lever en l’honneur des gens respectables.

Les savants de l’islam ont considéré comme juste le fait que le peuple se lève devant un dirigeant ou un homme d’État équitable, de même que lorsqu’il s’agit de l’élève devant son professeur.

Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam), au moment où sa fille Fatima venait le voir, se levait, l’embrassait en lui tenant la main et disait « bonjour ma fille » et s’asseyait. Lorsque c’était son père qui l’honorait, Fatima faisait de même.

C’est un devoir de respecter le droit des ainés.

Avec ceci, affectionner (par orgueil) que les autres se lèvent (en témoignant du respect) peut conduire à la vanité et donc à la perdition. Notre Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) a menacé de telles personnes en leur disant de se préparer à aller en enfer.

Prof. Dr. M. Yaşar Kandemir

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous