Notre cher Prophète (S.A.V.) et sa pratique des adorations

Jan 30, 2013 par

Notre cher Prophète (S.A.V.) et sa pratique des adorations

Anas  ibn Malik (que Dieu soit satisfait de lui) raconte :

Un groupe de trois hommes était venu demander aux femmes du Prophète (S.A.V.) des renseignements concernant les actes d’adoration que le Prophète (S.A.V.) accomplissait  secrètement chez lui. Ayant été informés de la chose, ils firent la constatation suivante :

– Mais c’est vrai, comment peut-on se comparer au Prophète alors que Dieu lui a déjà pardonné tous ses péchés, passés et ceux à venir. Donc il est normal que le Prophète ne prenne pas la peine de faire des adorations de façon abondante et en grand nombre.

L’un d’eux dit :

– Quant à moi je prie toute la nuit.

Et l’autre dit :

-Et moi je jeûne toute l’année et je ne mange pas. »

Et l’autre dit :

– Quant à moi, je m’abstiens des femmes et je ne me marierai jamais !

Ses paroles vinrent ensuite aux oreilles du Prophète (S.A.V.) qui leur dit :

Est-ce vous qui avez dit tel et tel propos ? Quant à moi, je jure par Dieu que je suis parmi vous celui qui craint le plus Dieu, mais je jeûne et je mange, je prie et je dors, et je me marie avec les femmes. Celui qui se dévie de ma Sunna ne fait pas partie de moi. » (Bukhârî, Nikâh, 1; Muslim, Nikâh, 5; Nasâî, Nikâh, 4)

Ses adorations nocturnes

Notre prophète (S.A.V.) était un amateur d’adorations nocturnes. Le hadith subséquent  nous enseigne cela avec force :

« Dieu, en chaque prophète, a créé un désir ardent envers une chose précise. La chose qui me plaît davantage, c’est l’adoration de nuit. »  (Haythamî, II, 271)

Il conseilla de même à sa communauté la pratique des adorations nocturnes, lui-même s’étant donné à fond à cette pratique :

« De grâce, faites des efforts pour vous lever la nuit ! Parce que la nuit est le prétexte de votre rapprochement à Dieu et aux mœurs des personnes pieuses qui vous ont précédé. Cette adoration détourne des péchés, constitue une expiation aux erreurs et retire du corps les soucis. » (Tirmîdhî, Deavât, 101)

« Dieu accorde sa miséricorde à celui qui réveille sa femme la nuit pour accomplir avec lui la prière nocturne et si elle refuse il verse de l’eau sur son visage. Dieu accorde sa miséricorde à une femme qui réveille son mari la nuit pour accomplir avec elle la prière nocturne et s’il refuse elle verse de l’eau sur son visage».  (Abû Dâwûd, Tatavvu, 18)

****

L’adoration de nuit commence à partir de la prière du soir. Abû Barda al-Aslamî (que Dieu soit satisfait de lui)  évoque à ce propos cette particularité :

Dormir avant la prière du soir, s’asseoir et parler après la prière du soir sont des habitudes qui ne plaisent pas au Messager de Dieu. » (Bukhârî, Mevâkît, 13, Muslim, Mesâcid, 236; Abû Dâwûd, Salât, 3; Tirmîdhî, Salât, 11)

Ibn ‘Abbas (que Dieu soit satisfait de lui), le fils de l’oncle de notre Prophète (S.A.V.), rapporte :

« Notre prophète avait l’habitude d’effectuer onze unités de prière pendant la nuit.  » (Bukhârî, Ezan, 15; Muslim, Müsâfirîn, 121, Abû Dâwûd, Tatavvu, 26; Tirmîdhî, Mevâkit, 208)

Notre mère Aicha (que Dieu soit satisfait d’elle) raconte en ces termes le plaisir et l’enthousiasme que les adorations de nuit suscitaient chez le Prophète (S.A.V.) :

« Le Prophète passait de longs moments en adoration nocturne. Il lisait de longues sourates du Coran tels que « al-Baqara,  al-Imran, et an-Nisâ ». Quand il parvenait aux versets relatant des réalités effrayantes, il se réfugiait en Dieu, et à chaque fois qu’il lisait les versets relatifs aux grâces divines, il faisait des implorations pour en bénéficier. » (Ibn Maja)

Le Prophète lisait les versets du Coran à voix haute, ainsi ceux qui étaient aux alentours pouvaient l’entendre tranquillement. Souvent il s’extasiait en lisant un verset.

Abû Dharr (que Dieu soit satisfait de lui) raconte :

Au cours d’une prière, le Prophète (S.A.V.) lut le verset coranique suivant : « Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage. » (al-Ma’ida, 5 /118) et en fut tellement influencé qu’il le répéta jusqu’au matin.

Abdullah ibn-i Şıhhîr (que Dieu soit satisfait de lui) raconte à son tour l’état de notre Prophète durant ses moments d’adoration :

« Je me rendis une fois auprès du Messager de Dieu. Il était en train d’effectuer sa prière. Comme il pleurait, un bruit semblable à une chaudière bouillante se dégageait au fond de lui. » (Abû Dâwûd, Salât, 156; Nasâî, Sehv, 18)

Ses adorations surérogatoires

Abû Hurayra (que Dieu soit satisfait de lui) rapporte que le Messager de Dieu (S.A.V.) a dit:

« Dieu le Très-Haut a dit : « Je déclarerai la guerre à quiconque se montre hostile à l’un de Mes alliés. Parmi tous les moyens employés par Mon serviteur pour se rapprocher de Moi, rien ne M’est plus agréable que la pratique de ce que Je lui ai imposé. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. S’il Me demande alors quelque chose Je la lui donne et, s’il se met sous Ma protection, Je la lui accorde. » (Bukhâri)

« En dehors des prières obligatoires (fard), les prières les plus précieuses sont celles que l’homme accomplit chez lui. » (Bukharî, VII, 99;  Abû Dâwûd, Sünen, II, 93, Nu:1447)

« Faites une partie de vos prières chez vous, à la maison ; ne les (les maisons) transformez pas en  cimetières. » (Bukhârî, II, 56; Abû Dâwûd, Sünen, II, 93 Nu: 1448)

Ses jeûnes

Notre prophète (S.A.V.), en dehors du jeûne prescrit et obligatoire du Ramadan, accordait beaucoup d’importance aux jeûnes surérogatoires, les conseillant même à sa communauté.

Voici quelques hadiths qui en parlent :

« Quiconque jeûne le Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme quelqu’un qui a jeûné tout le temps. » (Muslim, Siyâm, 204)

« J’espère que le jeûne du jour d’Achoura expie les fautes de l’année précédente. » (Tirmidhî, Sawm, 48)

« Les actes se présentent à Dieu les jours de lundi et de jeudi. Moi, j’aimerais que mes actes soient présentés quand je suis en état de jeûne. » (Tirmidhî, Sawm, 44)

Le Prophète (S.A.V.) a dit aussi : « Le jeûne de trois jours chaque mois est comme le jeûne continue et les jours blancs sont : le matin du 13e jour, du 14e et du 15e. »

Dans un autre hadith, notre mère Aicha (que Dieu soit satisfait d’elle) raconte en ces termes l’attitude du Prophète (S.A.V.) lors des dix derniers jours du mois de Ramadan :

« Quand le Messager de Dieu parvenait dans les dix derniers jours de Ramadan, il se consacrait exclusivement à l’adoration. Il faisant des adorations durant toute la nuit, réveillait sa famille également pour cela. » (Bukhârî, Leyletu’l-Kadr, 5; Muslim, İtikaf, 7; Abû Dâwûd, Ramadan, 1; Nasâî, Kıyâmü’l-Leyl, 17)

Le plus généreux des hommes

Abdullah ibn ‘Abbas (que Dieu soit satisfait de lui) a dit :

« Le Messager de Dieu était le plus généreux des hommes. C’était pendant le mois de Ramadan durant lequel il rencontrait Gabriel (Djibril : sur lui la paix) où sa générosité était la plus manifeste. Gabriel  et le Messager de Dieu se rencontrait à cette période et récitaient ensemble le Coran. À cause de cela, il se montrait davantage généreux, bien plus que la bénédiction d’un vent porteur de pluie. » (Bukharî, Bed’u’l-Vahy, 6; Savm, 7; Muslim, Fezâil, 50; Nasâî, Siyâm, 2)

Abû Dharr a rapporté qu’un soir il marchait en compagnie du Messager de Dieu (S.A.V.) lorsque ce dernier lui dit : « Ô Abû Dharr, même si la montagne d’Ouhoud était transformée en or pour moi, je ne voudrais pas qu’il m’en reste un seul dinar après trois nuits, à part ce que j’en garderais pour payer mes dettes. » (Bukhârî, İstikraz, 3; Muslim, Zakât, 32)

Sa manière d’écouter le Coran

Abdullah ibn Mas’ud (que Dieu soit satisfait de lui) raconte :

Un jour, l’Envoyé de Dieu (S.A.V.) m’appela et me dit :

« Récite-moi quelques versets, ô Abdallah ! »

Je lui répondis :

« Je te récite des versets alors que c’est à toi que le Saint Coran a été révélé ? »

L’Envoyé de Dieu  (S.A.V.) me dit alors :

« J’aime l’entendre réciter par un autre que moi. »

Une autre fois il déclara:

« Nul ne rentrera au paradis sur la base de ses bonnes actions. »

Ses Compagnons lui dirent alors:

« Ô Messager de Dieu ! Pas même toi ? »

« Pas même moi, répondit-il, à moins que Dieu ne m’enveloppe de Sa miséricorde et  de Sa grâce. Aucune action que je puisse accomplir ne peut me sauver. » (Bukhârî, Rikâk, 18; Muslim, Munâfikûn, 71-72; Ibn Maja, Zuhd, 20; Dârimî, Rikâk, 24)

Selim Akburc

Articles liés

Tags

Partager

1 Commentaire

  1. Yol

    Le petit fils du 7emme génération du prophète s a v est en Turquie a Adiyaman Menzil

Exprimez-Vous