L’Islam : Une Nécessité Pour Tous

Jan 9, 2015 par

L’Islam : Une Nécessité Pour Tous

L’invitation Aslem Teslem (soumets-toi [1] et tu seras sauf) est depuis l’Âge d’or islamique l’appel employé pour lutter contre la persécution subie par les gens. Le mot « jihad » signifie pour ceux qui comprennent une partie de ce qu’on leur dit, ne comprennent pas ou comprennent ce qu’ils veulent : « tuer encore plus d’individus ».

Bien au contraire, le but de cet appel à la valeur divine prononcé et répété il y a quatorze siècles par le plus honoré des êtres (saws) n’est autre que d’éveiller les créatures de tous âges pour leur procurer le bonheur ici-bas et dans l’au-delà.

Malgré toutes les conditions opposées, la lumière de la Guidance atteint quand même les cœurs. Cette évidente réalité est en quelque sorte une leçon qui nous est donnée. À la fois d’une grande sincérité et en toute connaissance de cause…

En Hongrie, la Guidance a permis que Madame Halima embrassât l’Islam. Voici son témoignage :

« Je voulais être très pieuse et me mettre au service de Dieu. Désireuse de communiquer ma foi, je commençai donc mes recherches en matière de religion. Promptement je me rendis auprès de groupes chrétiens, puis juifs, fréquentant même des chamans ainsi que des universités bouddhistes à Budapest. Par leur intermédiaire, j’appris leur credo et la manière dont ils pratiquaient leurs actes cultuels. Mais tout ceci ne comblait nullement le vide de ma vie et ne remplissait pas mon cœur (…)

En Hongrie, à cause des médias et de certains ouvrages, on pense que l’Islam est une religion particulière aux Arabes (…)

Je voyais toutefois que ces gens (les musulmans) étaient sincères dans leur comportement, car ils prenaient leur religion au sérieux. Je découvris que derrière tous ces musulmans se tenait une communauté si admirable qu’elle les rendait authentiques (…)

Une personne me remit l’exégèse du Coran que je commençais à lire. Immédiatement j’acceptai dans un élan de foi tout ce que je lisais, car chaque chose avait un sens (…)

Si vous voulez faire des recherches sur l’Islam, lisez tout d’abord le Coran.

Au fur et à mesure que je lisais le Coran, mon cœur y devenait de plus en plus attaché. Environ une semaine après que j’eusse fait mon choix, c’est-à-dire devenir musulmane, mon entourage s’y opposa (…)

Je regardai autour de moi et reçus une leçon, un message  provenant de chaque créature, toutes disaient quelque chose, me rappelaient quelque chose (…)

Le premier jour suivant ma conversion, cette pensée m’est venue : « Il ne peut exister de musulman sur terre qui ne prie pas cinq fois par jour.» [2]

À des milliers de kilomètres de la Hongrie, Madame Saliha, originaire des Philippines, reçut aussi la sainte Guidance. Quoiqu’elle n’eût point consulté Madame Halima, elle fait un récit semblable :

« Je commençai à ressentir petit à petit que le message que m’avait transmis l’Église était insoutenable. Cette déception m’avait tenue de plus en plus éloignée des églises et de Dieu. La pensée de n’avoir aucun compte à rendre à  quiconque me rendait la vie aisée (…)

Alors que j’entamais ma dernière année universitaire, une nuit, au moment où je rentrais à la maison, je vis un ciel magnifique. Je regardai la danse progressive du courant des nuages au clair de lune. Je sentais mon impuissance à travers cette beauté spectaculaire. Cette nuit-là, à ce moment précis, la couleur originelle de la nuit parfaite frappa mon cerveau comme un éclair. La pensée me vint que du fait que chaque mois la nuit vient à naître, chaque jour qui naît ne pouvait être une coïncidence. 

Il doit certes y avoir un artiste derrière chaque nuit qui paraît, pensai-je alors. Toutes ces beautés étaient là pour qu’on Le reconnaisse. Je me dis à moi-même : « Oui Seigneur, Tu existes et je crois en Toi. » Je repris alors mon chemin vers ce christianisme que j’avais abandonné auparavant. Néanmoins, je trouvais ce dogme trop restrictif et, de plus, de nombreuses réponses contraires à l’Évangile subsistaient. J’étudiai alors les religions mystiques orientales. Je voulais ardemment connaître Celui qui m’avait créée pour Le servir de la meilleure façon (…)

Ensuite, je reçus en cadeau un Coran que je lus avec avidité. La lecture achevée, je me suis inclinée (pliée en deux) devant la face du Créateur, abaissant le drapeau de la soumission. En prononçant l’attestation de foi, (Chahada), je me sentis la femme la plus libre et la plus heureuse du monde et telle je suis encore aujourd’hui (…)

(Antérieurement), à cause de certaines informations que j’avais entendues, je considérais les musulmans comme des gens subversifs et querelleurs. Bien entendu, il ne s’agissait là que d’informations délibérément partiales. Si vous interrogez n’importe quel Philippin pour connaître son avis sur les musulmans, vous pouvez être sûr que vous entendrez ces mots: djihad, sans pitié, torture, ignorance, ennemis des chrétiens, des juifs et des Américains ; traitant les femmes comme des individus de second ordre et les plaçant en dehors de la société… et cette liste n’est pas exhaustive. Quel dommage que dans cette liste il n’y ait pas une seule remarque positive ! Il est clair que ces qualificatifs ne sont pas compatibles avec l’Islam. L’Islam, ce n’est pas la guerre, mais la religion de la paix. L’Islam recommande le pardon et non l’hostilité. Après avoir connu l’Islam, je compris que toutes ces campagnes de propagande salissante accomplies en permanence dans les médias n’était rien d’autre que des instruments au service de l’hégémonie occidentale (…)Voilà pourquoi les jeunes d’aujourd’hui vivent dans la confusion mentale, l’insulte, les conflits, l’indifférence à la vie et l’apathie spirituelle (…).»[3]

Le déchaînement hostile qui suivit les fameux événements terroristes du 11 Septembre 2001ainsi que les incidents terroristes avilissant attribués aux musulmans eurent une extraordinaire influence sur l’incitation à une opposition mondiale contre les musulmans. Bien entendu, le monopole médiatique des puissances dominantes a joué le rôle le plus important dans la définition d’une stratégie appropriée par la présentation de ces événements.

Dans son ouvrage intitulé « L’Islam : la solution alternative», l’ancien diplomate allemand Mourad Hoffmann, s’adresse à l’Europe en ces termes : « O vous les Européens !…/… l’Islam qui s’adresse tant à l’esprit qu’au cœur est tout à fait adapté pour vous. Vous n’avez pas d’autre alternative. Vous en avez besoin et vous vous y devez.»[4]

Quant à Madame Saliha, la traductrice bénévole originaire des Philippines qui souhaite tout le bonheur du monde, elle formule cette demande expresse : « Nous ne devons pas tomber dans le désespoir. Inch’Allah, un jour viendra où l’Islam et la lumière de la foi rayonneront partout dans le monde . »

 CAHIT ÖZDEMIR

[1]  À Allah (formule employée par le Prophète Muhammad (saws) dans ses lettres d’invitation à l’Islam).

[2] Elif Kapıcı : Altınoluk No 236.

[3] Elif Kapıcı : Altınoluk-Sayı: 238.

[4] Yeni Şafak,10 Janvier 2005 – Ahmet Altun – Düşünce Günlüğü (Pensée du Jour).

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous