Le gain licite

Fév 24, 2017 par

Le gain licite

Sâdik Dânâ (Mûsa Topbas K.S.)

L’imam Azam Abû Hanifa قدس سرّه a dit : « Celui qui ignore les préceptes de l’Islam sur le chapitre du négoce ne saurait éviter le gain illicite et ne pourra non plus bénéficier de la récompense de ses œuvres pies.»

L’imam Rabbâni قدس سرّه a déclaré : « L’homme ne doit jamais se laisser aveugler par la saveur et la tentation des gains illicites, car ceux-ci constituent, en vérité, des biens éphémères insignifiants. De nos jours, rares sont ceux qui y croient en cela ; mais lorsque viendra la mort et que l’homme sera face à la Vérité, son repentir ne lui sera d’aucune utilité. Que l’être humain sache que la vie présente est un monde d’épreuves ; et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’Allah l’Exalté comble tous Ses serviteurs de Sa Miséricorde sans distinction, qu’il soit croyant ou incroyant. Toutefois, une fois venu le Jour ultime, seuls les croyants seront enveloppés par Son Infinie Miséricorde.»

Abdûl Kadir Gheylâni قدس سرّه quant à lui a dit : «Travaille et bats-toi sans cesse, car tu ne pourras aucunement accéder à des degrés spirituels sans fournir d’efforts. Arme-toi d’endurance et de persévérance car se sont, en vérité, les conditions de base pour ton cheminement vers Allah l’Exalté. C’est à ce prix que tu accéderas au salut, car lorsqu’on veut, on s’y engage en dépensant des efforts colossaux et on finit par atteindre notre idéal. Le gain licite purifie sans cesse ton cœur et éclaire ton âme en l’extirpant des ténèbres vers la lumière. Purifie ton âme et détourne-toi de toute tentation du Diable.»

Suite à ces propos, un homme dans l’assistance demanda :

« Comment doit-on s’y prendre pour y parvenir ? Quel en est le remède ? »

Abdûl Kadir Gheylâni قدس سرّه répondit:

« De prime abord, l’on doit assurer sa subsistance qu’avec le licite et s’en éloigner des revenus illégaux et douteux. Ensuite, il faut éviter dans la mesure du possible les interdits d’Allah l’Exalté  et toute chose à même de corrompre notre âme. »

Dans une société anonyme, après la signature d’un contrat, les clauses doivent être appliquées comme convenu. Ces clauses doivent répondre aux exigences suivantes:

– Quel sera le capital ?

–Quelles seront les parts d’actions de chaque protagoniste du consensus ?

–Qui seront les employés?

–Quelle sera la masse salariale ?

–Comment se fera le dispatching des bénéfices ?

–Les employés recevront-ils des primes?

–Quel sera l’intérêt de ceux qui, sans travailler dans la société, détiennent une part énorme d’actions ?

–En cas de ruine, de quelle façon la société sera dissoute?

–Quelle part sera endossée par chaque associé en cas de réalisation de pertes ?

L’administrateur doit gérer la société en toute honnêteté sans avoir recours à l’intérêt, encaisser ce qu’il a dépensé avec ses propres deniers pour la société et rembourser aussi à temps précis, s’il en a les moyens, ce qu’il a soutiré de la caisse pour ses besoins personnels, car tout ajournement du payement de son dû sans raison valable sera considéré de sa part comme une oppression.

Quelle que soit la flambée du prix d’une marchandise, celle-ci doit être vendue au prix consigné dans le contrat de vente.

Pendant mon enfance, chaque matin quand je quittais la maison, ma mère abandonnait toutes ses tâches, se dirigeait vers moi et me disait : « Mon enfant, tâche de ne rien prendre dans le jardin du voisin à son insu, aussi négligeable soit-il ! Car, c’est un acte interdit. »

En fait, Erenkoy était à l’époque un bourg désertique où les maisons étaient bâties dans des jardins fruitiers s’étalant de trois à cinq hectares. Certains profitaient de cette aubaine pour dérober discrètement des fruits.

Nos grands-parents avaient pour habitude de formuler cette prière à l’intention des futurs mariés « Ô Seigneur, accorde à mon enfant un époux ou épouse allaitée d’un lait licite ! »

Comme j’étais encore enfant, je n’y comprenais rien à ces propos. Cependant, je comprends aujourd’hui qu’en vérité, les enfants nourris à partir de gains licites, par la permission d’Allah l’Exalté, deviennent plus tard des hommes pieux, honnêtes et dotés d’une haute moralité.

À cette époque, pour l’éducation de leurs enfants, les gens se rendaient chez un homme pieux et lui demandaient: « Comment pourrions-nous donner une éducation exemplaire à notre progéniture? » Il leur répondait: « Nourrissez-les avec le licite et laissez-les à la société, ils seront sous la protection d’Allah l’Exalté. »

Les gains licites sont ceux des personnes qui s’acquittent scrupuleusement de leur devoir.

Ceux qui exercent dans le domaine public, les institutions, l’armée et dans tous les services de l’État doivent s’atteler à rendre un service à la hauteur du salaire qu’ils perçoivent. L’idéal n’est pas d’être présent physiquement à son poste, mais de s’acquitter sans déficit de la tâche qui nous incombe.

Comment les gains de ceux qui négligent ces éléments pourraient-ils être licites?

Qu’Allah l’Exalté nous accorde une subsistance licite ! Et qu’Il fasse que nous soyons du nombre de ceux qui, au nom de Son Unique Satisfaction, font largesse de leurs biens !

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous