La jaunisse chez le nouveau-né

Fév 24, 2017 par

La jaunisse chez le nouveau-né

Dr. Betül Nefise İnal

  La période néonatale couvre les premiers mois de la vie. Nous avons déjà examiné dans nos précédents écrits les symptômes considérables qui sont liés à cette période. Celui-ci va traiter de la « jaunisse » comme étant l’un des problèmes signalés durant cette période. Nous tâcherons d’expliquer prochainement et de manière détaillée ce qu’est la « diarrhée » chez les bébés âgés de plus trois mois.

La jaunisse

 La jaunisse est la maladie la plus fréquente des premiers mois de la vie. Elle apparaît chez les enfants parvenus à maturité à 60% et à 80% chez les prématurés.

De par la réaction à l’augmentation de la bilirubine dans le sang du nouveau-né en bonne santé dès la première semaine, on observe dans 60% des cas un jaunissement des yeux. C’est ce qu’on appelle la « jaunisse physiologique ».

En dehors de cette jaunisse physiologique que l’on voit fréquemment chez les nouveau-nés, nous trouvons aussi la « jaunisse pathologique[1] » liée à une multitude de causes.

En augmentant sa quantité dans le sang, la substance bilirubine est la cause de la jaunisse chez le bébé. On ne doit pas confondre la jaunisse du nouveau-né avec l’inflammation du foie par l’action des virus qu’on observe chez les adultes et les enfants. La jaunisse liée à l’inflammation du foie peut être observée dans toutes les catégories d’âge, alors que chez le nouveau-né, il s’agit d’un cas qui est propre à cette période néonatale.

Pourquoi la jaunisse apparait-elle durant la période néonatale ?

À la naissance, la production rapide de nouveaux globules commence par la destruction des globules rouges que le bébé possède quand il était encore dans le ventre de sa mère. D’ailleurs, la durée de vie des globules rouges chez les bébés est plus courte que chez les adultes. Lors de la destruction de ces globules rouges, une quantité importante de substance de bilirubine est rejetée. Le foie du bébé, encore immature, peut avoir du mal à éliminer ce surplus de bilirubine. Le transit dans l’intestin du bébé devient lent et le système enzymaire encore immature provoque une augmentation rapide de bilirubine dans le sang. Lorsqu’un taux excessif de bilirubine est perçu, on peut alors constater le trait caractéristique de la jaunisse chez le bébé.

De prime abord, le blanc des yeux devient jaunâtre. Et lorsque le taux de bilirubine augmente dans le sang, une pigmentation jaunâtre s’intensifie au niveau de la tête et du cou, ensuite sur les parties supérieures et inférieures du corps, puis sur les bras et les jambes. Quand les mains et les pieds jaunissent, cela signifie que le taux de bilirubine est élevé.

On doit examiner le sang du bébé en cas de disfonctionnement ou de doute. En principe, la jaunisse apparaît 2-3 jours après la naissance et disparaît après 7 à 10 jours.

Le jaunissement des yeux est la dernière phase. Chez les prématurés, la jaunisse est plus intensive et apparaît autour du 4ème et 5ème jour après la naissance. Le traitement de la jaunisse chez le nouveau-né est prescrit selon le nombre de jours (depuis sa naissance), le nombre de semaines depuis qu’il est atteint (de la maladie), le poids, le  taux de bilirubine dans le sang…

Des tableaux réservés uniquement aux soins des bébés atteints de la jaunisse informent sur le traitement adéquat. Ces tableaux sont à même de montrer les variétés en fonction des situations particulières des bébés. C’est le médecin qui détermine la forme de traitement du bébé.

Qu’est-ce que la jaunisse physiologique ?

La « bilirubine » (substance à l’excès, responsable de la pigmentation jaunâtre de la peau) se forme dans le sang du bébé alors qu’il se trouve dans le ventre de sa mère. La bilirubine ne présente aucun danger pour le bébé (en état de fœtus). Après la naissance proprement dite, la bilirubine commence à augmenter imperceptiblement dans le sang et on appelle cette augmentation temporaire « jaunisse physiologique ».

Après trois à cinq jours, le taux de bilirubine recommence graduellement à diminuer et se rétablit en une à deux semaines. Quant aux prématurés, cela peut durer deux à trois semaines. La jaunisse physiologique apparaît après le premier jour (sous24h). Même si généralement on ne propose pas de traitement pour soigner cette jaunisse, il est néanmoins indispensable de consulter un médecin, car dans certains cas de jaunisse physiologique, le taux de bilirubine peut atteindre un niveau suffisamment dangereux pour prescrire le traitement adéquat.

 Qu’est-ce que la jaunisse liée au lait maternel ?

 C’est une jaunisse qui atteint le nouveau-né et qui nécessite assurément un traitement ainsi qu’un suivi. Elle dure 21 jours chez les prématurés et chez les bébés non prématurés pendant plus de 14 jours. Le bébé contracte habituellement une autre maladie.

C’est la jaunisse la plus dense en dehors de la jaunisse physiologique et de celle liée au lait maternel. Elle résulte de l’incompatibilité existant entre le groupe sanguin mère-fœtus (le bébé qui atteint 8 semaines dans le ventre de la mère se nomme fœtus à partir de la 9ème semaine de grossesse). Cette jaunisse peut être causée par l’accouchement prématuré, les microbes, les maladies contractées pendant la grossesse, les médicaments utilisés…

La jaunisse liée à l’incompatibilité du facteur rhésus apparaît lorsque la femme porteuse d’un facteur rhésus négatif est enceinte d’un bébé porteur d’un facteur rhésus positif. La mère alors développe des anticorps agissant contre le groupe sanguin du bébé. Généralement, il n’y a pas de problème à la naissance du premier enfant. Dans le cas de grossesses ultérieures, par l’action des anticorps passant de la mère au bébé et qui fractionnent les globules rouges de ce dernier, différents aspects peuvent apparaître : légère anémie donnant naissance à la jaunisse étendue, hémorragie dans les poumons, accumulation d’eau dans le corps et organes entraînant la détérioration des poumons jusqu’à causer la mort du bébé.

On doit faire une injection préventive à toutes les mères porteuses d’un facteur rhésus négatif, et ce, dans les 72 premières heures après l’accouchement. Afin d’éviter que les bébés ne soient affectés par l’incompatibilité du facteur rhésus, on doit habituellement faire une injection préventive à toute mère porteuse d’un facteur rhésus et qui ont des conjoints porteurs d’un facteur rhésus positif chaque 28ème semaine après chaque grossesse, et ce, en commençant par la première.

Pourquoi doit-on traiter la jaunisse du nouveau-né ?

 Lorsque la substance causant la jaunisse (la bilirubine) dépasse un certain niveau, celle-ci peut engendrer des dommages durables ainsi qu’une paralysie sur certaines parties du cerveau. On observe généralement dès les premiers jours les symptômes suivants : atonie, somnolence et amaigrissement. En fin de première semaine apparaissent les symptômes suivants : pleurs accompagnés d’une voix stridente, fièvre, vomissements, rejet de la tête vers l’arrière, contraction et troubles respiratoires.

Malheureusement, 5% des bébés présentant ces symptômes décèdent. C’est pour cette raison qu’il est extrêmement important de prendre au sérieux la jaunisse du nouveau-né.

Le traitement

 Le blanc des yeux est le point le plus aisé pour déceler un cas de jaunisse. Celle-ci peut toutefois passer inaperçue lorsqu’on y prend pas garde, car le bébé qui vient de naître passe la majeure partie de son temps à dormir. Le cas étant possiblement avéré, il faut immédiatement amener le bébé chez un médecin qui donnera un diagnostic (le fait étant qu’il est difficile de déceler cette maladie, même pour des personnes expérimentées). Ne pas amener le bébé chez le médecin en prétextant qu’il guérira, c’est l’exposer à être paralysé toute sa vie. Penser qu’il faille simplement l’habiller en jaune ou le couvrir avec une couverture jaune, c’est perdre un temps précieux quant au traitement de la maladie et c’est ouvrir la voie à des lésions cérébrales irréversibles. Il est même d’ailleurs préférable d’habiller le bébé en blanc plutôt qu’en jaune afin que l’effet de jaunissement soit pleinement visible.

Le traitement de la jaunisse varie selon le taux de bilirubine, de la semaine pendant laquelle l’accouchement a eu lieu, du poids et du nombre de jours vécus avec la maladie. En consultant les différents graphiques élaborés spécialement en fonction du standard international, il est possible de traiter et de suivre l’évolution de la jaunisse. Ces graphiques présentent les divers cas de jaunisse et même les plus exceptionnels.

Les bébés atteints de jaunisse doivent absolument être suivis très tôt et, dans les cas plus graves, être gardés en observation à l’hôpital. Les bébés qui guérissent au bout de 24 heures suivant la naissance doivent obligatoirement être observés puis examinés de nouveau après 48 heures.

Les différents traitements

 Le procédé photothérapique : Si le taux de  bilirubine du bébé atteint de la jaunisse augmente, la méthode de traitement la plus courante est la méthode dite de photothérapie qui utilise à cet effet les rayons ultra-violets. Grâce à la puissance de ces rayons, la bilirubine se dissout dans l’eau et s’évacue facilement du corps par l’urine. L’ayant préalablement déshabillé, on ferme les yeux du bébé pour éviter que les rayons ne les endommagent. L’allaitement maternel est autorisé pendant le traitement étant donné que le bébé perd une certaine quantité de liquide. On doit même lui donner beaucoup de lait.

La commutation du sang : C’est une sorte de traitement d’urgence. Cette commutation a lieu lorsque le taux de bilirubine est élevé. Elle entrave la paralysie cérébrale, évite l’anémie grave et peut sauver la vie du bébé. En cas de facteur rhésus incompatible, cette commutation peut s’opérer plusieurs fois.

Grâce à la commutation du sang, le nombre de bébés qui meurent de nos jours de cette maladie ne franchit pas la barre de 0,5%, à la condition toutefois que le traitement soit bien appliqué et que le malade soit bien suivi.

[1] Le terme pathologique exprime le disfonctionnement normal en parlant d’une situation concernant le fonctionnement naturel du corps.

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous