L’alimentation halal et sans tache

Jan 21, 2011 par

L’alimentation halal et sans tache

Ô les croyants! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Allah, si c’est Lui que vous adorez. » (Coran, al-Baqara, 2/ 172)

Le Prophète d’Allah (sallalahu ‘alayhi wa sallam) a dit :

« Si une personne ne considère pas avec attention les aliments qu’elle consomme, ce qu’elle boit et la manière dont elle gagne sa subsistance, alors, qu’importe à Allah par quelle porte elle entrera en enfer. »

Le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) fit ses recommandations à ‘Ali (radiyallah ‘anhu) :

« Ô ‘Ali ! Même si ton voisin est un non-croyant, demeure généreux avec lui. Même si ton hôte est un non-croyant, offre-lui le gîte et le couvert. Même si un mendiant est un non-croyant, ne le rejette jamais, mais use de charité à son encontre. »

Celui qui consomme des aliments douteux, sa religion en sera imprégnée et son cœur perdra toute sa lucidité. Celui qui se nourrira de choses impures causera la mort de son cœur. En agissant de la sorte, sa religion sera dilapidée, sa prière restera suspendue et voilée et il provoquera la diminution de sa foi. »

Selon le récit d’Abû Hureyra (radiyallah ‘anhu), le Prophète (sallalahu ‘alayhi wa sallam) fit l’injonction suivante :

« L’estomac est comparable à un bassin. Toutes les veines convergent vers lui et passent par lui. Si ton estomac est sain, il en sera de même pour tes veines ; si ton estomac est malade, les veines connaîtront aussi ce même état. On peut comparer nos veines à des fondations utilisées pour la construction d’un édifice ; plus les aliments consommés seront purs, plus ils contribueront à la solidification de notre foi et lui éviteront de s’effondrer. »

Toute bouchée pure est le propre de l’honnêteté et le fondement de notre religion. Il faut être très vigilant et s’assurer que tous nos gains soient licites ; il faut veiller à ce que les aliments que nous consommons ne soient pas mélangés à d’autres éléments impurs. Notre religion nous interdit la consommation de matières telles que l’urine, les excréments, le cadavre des animaux, la viande de porc et l’alcool. Tous ces éléments portent atteinte à la santé de l’être humain.

À cause de l’évolution technologique, les hommes ont négligé de plus en plus la consommation d’aliments et de boissons produits naturellement sans l’utilisation de pesticides très nocifs qui agressent la terre. Par conséquent, il est urgent de pratiquer la culture biologique qui est bénéfique à l’homme, étant donné qu’elle est naturelle et qu’elle respecte son environnement. De nos jours, nous nous sommes habitués à manger des aliments qui, au cours de leurs différentes phases de préparation, sont passés dans des cuves et ont été pressés par des machines présentes dans de nombreuses usines. Ainsi, lors de leurs divers cycles de fabrication, tous ces produits ont subi des mélanges dont nous ignorons le contenu. Les conditions de vie de tout un chacun, plébiscitées par les médias, ont rendu cette habitude alimentaire presque obligatoire. Le point le plus sensible de notre vigilance doit être porté sur les produits industriels utilisés lors de ces productions, car ils sont mélangés avec des produits importés. Même si leur utilité nous est indispensable lors de leur fabrication, nous devons prendre toutes les précautions nécessaires de peur que ces ingrédients douteux n’envahissent notre estomac sans que notre conscience en soit perturbée et ébranlée. Nous devons absolument mettre en œuvre tous les moyens possibles et dignes pour préserver nos enfants et nos jeunes de ce système qui étouffe leur conscience intègre et humaine ; fort de cela, ils seront en mesure de demeurer ainsi, loin  de ces turpitudes. Par conséquent, ce système n’aura aucune mauvaise influence sur eux, car nos jeunes n’adhéreront pas à ces mauvaises publicités qui prétendent améliorer le confort de l’homme ; ils sauront que le droit humain est tout autre car il ne se base ni sur l’odeur ni sur les apparences.

En réalité, il faut rappeler que tous ces types d’aliments produits et vendus dans les lieux publics, sans précaution d’hygiène, sont dangereux pour la santé. Et peu importe les arguments avancés par leurs responsables. Rappelons qu’il y a quelque temps, il y eut un mélange de viande de porc dans celle destinée à la fabrication de « cig köfte » (plat à base de viande crue) : cet incident avait menacé la santé de beaucoup de personnes.

En  résumé, plus nous serons vigilants sur nos apport nutritifs qui doivent être halal et sans tache, plus nous serons intransigeants sur tout ce qui concerne nos gains financiers.

****

Le grand ami d’Allah, Abû Muhammad, nous a transmis les conseils de Tusteri :

« Au-delà de ce monde, il y a celui des esprits. Deux obstacles empêchent les gens de le voir : consommer les aliments qu’Allah a considérés comme impurs et oppresser les peuples qu’Allah a créés. »

Le pur et l’impur, à proportion égale, exercent des effets néfastes sur le comportement de l’homme. Ainsi Abû Bakr Warraq déclara  lors d’une conversation :
« Le matin, à mon réveil, je regarde les gens ; je sais reconnaitre celui qui a gouté aux aliments purs de celui qui a consommé de l’impur. »
On lui demanda la manière dont il pouvait faire cette déduction. Il répondit à cela :
« Le matin, celui qui dès son réveil occupe sa langue en répandant des mots vides (de sens) et  débute sa journée en proférant des insultes, son état correspond à la consommation de produits impurs issus de la veille. Quant à celui qui dès son réveil est plongé dans le rappel d’Allah le Tout-Puissant, cela démontre la pureté de sa nourriture. »

Pour chaque aliment que nous consommons, nous bénéficions de deux types d’énergie. Les calories nécessaires à notre corps peuvent être mentionnées comme étant de l’énergie matérielle. L’énergie morale est composée d’énergie positive (+) et négative (-). L’énergie positive est le résultat octroyé par l’alimentation halal. En conséquence, le bon comportement prend sa source à cet endroit précis, alors que l’énergie négative fournit le comportement contraire.

Notre estimé et regretté Musa Efendi (qudissah sirruh) fit un jour le récit suivant :

« J’ai connu une femme. Elle était très scrupuleuse par rapport à sa consommation liée au halal. Bien qu’elle fût indigente, elle ne demandait absolument rien à personne. Si on voulait lui donner quoi que ce soit, elle refusait systématiquement. De plus, elle ne mangeait le repas de personne. Lorsqu’elle était invitée chez quelqu’un, elle emmenait avec elle ses propres aliments qu’elle consommait chez son hôte. Les malades la sollicitaient souvent pour qu’elle puisse prier pour eux. Ainsi, certains ont obtenu la guérison d’Allah par son intermédiaire. Si elle l’avait voulu, elle aurait pu obtenir des milliards. Et même, si on lui proposait des sommes importantes, elle préférait continuer à vivre avec le peu d’argent qui lui restait de son mari. À tous ceux qui insistaient pour lui venir en aide, elle répondait :
« N’insistez pas tant ! Laissez-moi tranquille. Je suis sûre que si je prenais votre argent par intérêt, Allah me privera de mes qualités et plus personne parmi vous ne retrouvera la santé. »

La moindre portion d’aliment pur est une des conditions pour que notre prière soit acceptée et  agréée  par Allah. Il est rapporté que le corps ainsi entretenu ne pourrit pas après la mort.

‘Ali ibn Sihâb rapporte les propos suivants :

« D’après ce que j’ai entendu dire, un corps nourri de son vivant avec des aliments halal ne subira aucun dommage dans la tombe, la terre ne le dissoudra pas. »

Se référant à ses dires, certaines personnes savantes habitant son pays ont en effet constaté cette réalité et ont affirmé : « Cette situation bénie est propre aux prophètes et aux martyrs. »

‘Ali ibn Sihâb mourut et vingt et une années passèrent. Sa citation était reconnue et appréciée dans toutes les langues et a perduré pendant toutes ces années. Mais un jour, des contestations se firent entendre, des protestations s’élevèrent. Alors, pour comprendre la réalité et la raconter, la solution fut d’ouvrir la tombe de ‘Ali ibn Sihâb. L’ayant ouverte, les gens  constatèrent que le corps était comme au premier jour de l’inhumation, intact comme s’ils venaient de l’enterrer. Le fossoyeur qui avait fait l’exhumation fit convoquer les savants  contestataires : « Constatez la véracité de vos propres yeux » leur dit-il. Effectivement, ces derniers s’en aperçurent et n’eurent plus de doutes. Ils se repentirent aussitôt et demandèrent  pardon à Allah. »

La bouchée issue d’un aliment halal a un lien privilégié avec l’intelligence. Pour ainsi dire, elle contribue à l’augmentation de l’intelligence. Ce caractère est l’état de recherche et de compréhension qui est pratiqué chez le croyant. Il est relaté dans un hadith du Prophète ce qui suit : « Craignez l’intelligence du croyant car il voit avec la lumière d’Allah. »

À ce propos, Abdelkader al-Jilani, dans son œuvre religieuse, nous dit et nous informe clairement de ceci :

« Ô mon fils ! Manger impur tuera ton cœur. Consommer les aliments dont la source est licite le fera revivre. Il y a des bouchées qui illumineront ton cœur, il y a des bouchées qui te maintiendront dans l’au-delà, il y a des bouchées qui te feront quitter le monde et l’au-delà. De cette manière, il te sera accordé le privilège d’admirer la terre et l’au-delà devant Celui qui t’a créé. »

Nejla Baş

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous