Dernière Religion-Dernier Prophète

Jan 30, 2013 par

Dernière Religion-Dernier Prophète

Notre Prophète, Hazrat Muhammad (pbsL) est le dernier prophète envoyé à l’humanité. Le fait qu’il soit le dernier prophète relève de :

  1. L’excellence
  2. L’incorruptibilité
  3. La non-nécessité d’un supplétif
  4. L’universalité du système qu’il a professé.

Et l’islam porte en lui toutes les particularités qui en font la dernière religion.

L’islam est excellent :

L’islam porte les principes de « l’équilibre » et de « l’intégrité » qui font la nécessité de son excellence.

L’islam, en tout point de vue, que ce soit individuellement ou collectivement, spirituellement ou physiquement, aborde l’homme dans son ensemble. Il l’aborde avec son âme, sa morale, sa raison, son corps, son environnement, lui soumettant la plus excellente solution en chaque chose. L’appui continuel de la science au savoir du Coran est une preuve de cette excellence. Par exemple, le Coran a annoncé « la nécessité du lait maternel pendant une période de deux ans ». La science, qui avait trouvé inutile à l’époque le lait maternel, a fini par rejoindre cette assertion du Coran à la lumière des nouveaux progrès, puis a accepté et annoncé la nécessité de deux années quant à cette question du lait maternel.

L’islam n’a pas été corrompu

Il n’a pas été corrompu parce que le Coran qui constitue sa source n’a pas été corrompu. Quant à l’incorruptibilité du Coran, on peut en savoir plus en le comparant aux autres Livres sacrés. En Turquie et partout d’ailleurs dans le monde, le fait qu’il y ait cette orientation massive vers l’islam malgré que nul, parmi les intellectuels musulmans, n’en fait explicitement la propagande est liée à sa propre excellence et à celle de sa source qui est autre que le Coran. Cette excellence constitue également les preuves de son incorruptibilité.

L’islam n’a pas de supplétif

Sur la surface de la terre se trouve de nombreuses croyances et idéologies, ainsi que de nombreux courants de pensée. Ceux-ci ont vu de temps à autre leurs différentes applications dans des communautés ou sociétés différentes. En revanche, aucun de ces courants, prenant pourtant l’homme dans sa globalité, n’a pu trouver un ensemble de solutions sensibles et conformes à son problème fondamental, à son âme et à son savoir. L’islam fait exception à ce point … et jusqu’à ce jour, que ce soit du côté sentimental, comportemental, économique et social, aucun système n’a pu constituer une alternative à l’islam.

L’islam est universel :

Il l’est parce qu’il est excellent, sans supplétif et incorruptible.

Comme le point zénith de son excellence se justifie par le fait qu’il demeure la seule religion droite, il est à cet effet universel. C’est la religion de tout à chacun et de tous les temps. Le système qu’il a apporté n’est pas celui d’un peuple défini ou d’une époque, mais plutôt un système du Dieu créateur de l’homme à partir du néant. C’est ce système qui affirme : «  Je le fais atteindre à la perfection- je le fais parvenir à l’excellence – et j’en suis satisfait. » Et cela a également assuré sa supériorité sur le temps et l’espace. C’est-à-dire que Dieu en a fait l’unique espoir pour l’humanité à chaque période de son histoire.

Oui… l’islam est la dernière religion. Elle l’est parce qu’elle est la plus excellente des religions, sans supplétif, universelle, incorruptible, prise sous la protection de Dieu. Et son prophète aussi est le dernier Prophète.

Le dernier prophète….

Être le dernier nécessite être le plus grand, le plus magistral en matière d’excellence.

Être le dernier nécessite être la bénédiction pour les univers.

Être le dernier nécessite être le détenteur d’un miracle qui assiège les temps et non dépendant de ceux-ci ou être le détenteur d’un miracle qui se poursuivra jusqu’au Jour de la Résurrection.

Ce prophète, étant le dernier, doit détenir un  miracle quasiment inégalable pour que son statut de dernier, son mérite de prophète et l’impossibilité d’une alternance du système que lui-même avait apportés soient annoncés avec force à l’humanité jusqu’au Jour de la Résurrection. Ainsi donc, puisque l’humanité n’aura pas d’autre chance, que l’intention de celle-ci soit attirée vers ce sublime Prophète miséricorde aux univers et sur cette sublime religion qui est la dernière. Le Coran est d’ailleurs l’expression de cette réalité. Sa qualité de dernier prophète a transformé le Coran qui lui fut donné « en plus grand miracle ». Et même des choses que la science, à travers ses recherches, a faites sans s’en rendre compte ont servi à prouver l’état miraculeux du Coran.

Les miracles servent à prouver la « véracité » des prophètes.

Et comme le Coran est également le miracle de notre Prophète (pbsL), cela signifie que sa qualité de prophète sera démontrée jusqu’au Jour de la Résurrection. Même si  le Messager s’est séparé de ce monde, cela montre que sa mission prophétique, par le canal du Coran, est en réalisation jusqu’au Jour de la Résurrection. En cet état, d’aucuns qui possèdent leur raison peuvent concevoir qu’un autre prophète n’est guère nécessaire.

Si Hazrat Muhammad (pbsL) n’avait pas été le dernier prophète, la nécessité de la Loi divine aurait été dans l’obligation de nous informer par des signes du nom et des particularités du prophète qui doit lui succéder. Parce que Dieu le Tout-Puissant a informé tous les prophètes, et ce depuis Adam, que Hazrat Muhammad (pbsL), notre  Prophète, est vraiment le dernier. De même, chaque prophète a informé leur peuple respectif qu’un prophète devait lui succéder. Ceci étant le fait d’une nécessité de la miséricorde divine. Le Seigneur de l’univers désirait qu’à chaque avènement d’un Envoyé qu’Il avait suscité le peuple en question soit prêt à l’accepter ; ceci ayant été valable également pour le dernier d’entre eux, à savoir le plus grand des prophètes (pbsL). En outre, du fait qu’il soit le dernier, son importance pour l’humanité est encore plus conséquente. En effet, à l’époque où il est né, les juifs et les chrétiens, de par ses signes et ses particularités, connaissaient déjà « ce grand prophète » et de ce fait l’attendaient aussi.

Le fait que le Coran soit pris en protection par Allah laisse concevoir que le Coran est le dernier Livre sacré révélé et que le prophète qui en est l’intermédiaire est le dernier des prophètes. Dieu ne chercha pas à protéger directement la Thora et l’Evangile qu’Il avait envoyés auparavant, ayant laissé cette responsabilité aux communautés concernées, les ayant averties d’une quelconque falsification et prévenues des calamités qu’elles subiraient en cas de dénaturation. Or ni menace ni avertissement n’a été donné quant à une éventuelle falsification du contenu du Coran. Seulement il y est évoqué la manière dont les juifs, en changeant les versets de Dieu, les ont vendus en contrepartie d’une petite rançon et la manière dont ils les ont dissimulés.

Et quant au Coran : « En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien » (al-Hijr, 15/9) et « Lâ mubaddila likalimâtihi » : « Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient. » (al-An’am, 6/ 115)

Si le Coran avait vocation d’être plus excellent dans l’avenir, Dieu ne le protégerait pas pour autant comme Il l’a fait pour la Thora et l’Evangile. Il serait alors exposé au préjudice. D’ailleurs, l’une des sagesses inhérentes à l’autorisation touchant la falsification et la non-protection des autres Livres célestes, c’était de pouvoir soumettre aux gens un environnement comparatif dans le but de mettre en évidence d’une matière nette la grandeur et la beauté du dernier Livre sacré.

Dieu le Très-Haut a voulu que le Coran livrât à l’humanité le message le concernant et l’indication du droit chemin aux hommes et ce jusqu’au Jour de la Résurrection ; et lorsque dans Sa prescience Il autorisa la falsification des autres Livres sacrés, Il prit sous Sa protection le Coran parce qu’il est le dernier Livre envoyé au dernier prophète ; le dernier espoir de l’humanité est le dernier espoir soumis à toutes les races, à tous les peuples, à tous les temps, l’excellence au zénith.

Le fait que Hazrat Muhammad soit le dernier prophète a nécessité son envoi à toute l’humanité.

À cet effet, comme Dieu le dit au verset 138 de la sourate al-Imran : « Voilà un exposé pour les gens, un guide, et une exhortation pour les pieux. » Et au verset 115 de la sourate An’am : « Et la parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et équité. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est l’Audient, l’Omniscient. » Enfin,  au verset 90 de la sourate al-An’am : «  Ce n’est qu’un rappel à l’intention de tout l’univers. »

Le contenu du verset 92 de la sourate al-An’am : «Voici un Livre (le Coran) béni que Nous avons fait descendre, confirmant ce qui existait déjà avant lui, afin que tu avertisses la Mère des Cités (La Mecque) et les gens tout autour » souligne le fait que le Coran fût envoyé pour toute l’humanité. Quant à Hazrat Muhammad (pbsL), il est « une miséricorde pour les univers » en vertu de son statut de dernier prophète, et grâce au Livre qui lui fut révélé, il prit pour cible l’humanité entière.

Il est tout à fait possible de prouver le fait que Hazrat Muhammad (pbsL) soit le dernier prophète avec autant de preuves. Cependant, pour les croyants, Dieu a dévoilé ses devoirs dans le Coran et  l’a investi comme dernier prophète.

Asuman Doğru

Articles liés

Tags

Partager

Exprimez-Vous